Make your own free website on Tripod.com

Histoire

Accueil
Le Monde
Les Groupes
Les Règles
Les Classes
Histoire
Noblesse et Territoire
Informations
Documents
Forum
Photos

Depuis la création de l’homme –ou plutôt aussi loin que les histoires le racontent si bien-, le Royaume d’Emlok a toujours été considéré comme paisible. Contrairement à ses voisins dans l’empire où la guerre fait rage depuis des centaines d’années maintenant. Ces contrées bien moins accueillantes qu’Emlok ne voient que très rarement de nouveaux venus arriver, ce ne sont que ceux de la même famille qui se livrent une guerre à n’en plus finir.

Ce royaume qu’est Emlok a toutefois ses problèmes lui aussi. Il y a premièrement le problème des créatures plus terrifiantes les unes que les autres commençant de plus en plus à affluer dans ce royaume, tuants tout les habitants se mettants au travers de leur route, mais il y a aussi quelque chose de bien pire, faisant se détruire entre eux les habitants d’Emlok. En effet, un combat, n’ayant heureusement pas encore prit autant d’ampleur que les conflits persistants dans les royaumes voisins, persiste depuis des générations à Emlok et pourrait facilement dégénérer à tout moment. Le problème en question n’a commencé que par de simples conflits de religion mais commence à être de plus en plus grave.

Les deux religions priées majoritairement en Emlok sont, depuis toujours, celle de Narzull et celle de Tempus. Les priants de ces deux religions contradictoires se sont en constante querelle depuis l’aube des temps, croyant la voie de leur Dieu meilleure que celle de l’autre. Mais de simplement se quereller ainsi n’arrivait pas à assouvir les prêtres les plus haut placés de chacune de ces religions, ceux-ci voulaient plus de pouvoir, voulaient que leur Dieu soit considéré comme le seul du panthéon existant et qu’il soit servi par tout les êtres de cette Terre. Ils décidèrent donc chacun de leur côté de cesser de simplement se quereller ainsi.

Même le haut cardinal étant chargé à l’époque de faire connaître la voie de Tempus à travers les royaumes avait été corrompu par le pouvoir. Il voulait faire tomber une fois pour toute Narzull et ses fidèles, même en utilisant des méthodes loin d’êtres prônées par son Dieu. Il dit alors à ses fidèles, pour se justifier, que Tempus lui même lui avait ordonné de détruire la peste que représentait Narzull par tout les moyens possibles. Ce qu’il aurait autrefois considéré comme un blasphème lui servait maintenant à faire en sorte que les priants du Dieu de la Justice le servent aveuglément.

Voyant les fidèles de Narzull en Emlok disparaître peut à peut, un grand prophète de la divinité du Chaos rassembla la totalité des aimants de son Dieu. Avec ceux-ci, ils vint à la conclusion que pour écraser les priants de Tempus, le clan Narzuléen en son entier devrait à tout prix rester uni. Les priants de Narzull partirent donc et ravagèrent tout les fidèles de la Loi sur leur chemin, recrutant au passage de nouveaux priants du Dieu des Ombres. Leur force devint alors considérable et, face à cette menace grandissante, le haut Cardinal de Tempus, le Corrompu, tomba dans une démence encore plus grande, devenant de plus en plus tyrannique. Il monta donc à son tour un clan qui mena une guerre aux priants de Narzull.

Les clans gagnaient les combats et les perdaient chacun leur tour, les enfants de chacun des priants des clans continuant le combat de leurs Aïeux. Voyant la guerre interminable se tenant entre les clans, les chefs de ces deux derniers prirent les choses en main. Leur Dieu respectif semblaient leur avoir donné à chacun une attention particulière, ces deux fanatiques semblants à présent immortels, vivants depuis des centaines d’années. Ils décidèrent donc, durant un débat se tenant entre les deux clans (les guerres entre ceux-ci n’étants pas toujours physiques), de mettre un terme à cette histoire. Ils se déclarèrent mutuellement en duel d’une façon noble et honorable, ils se battirent durant des lunes, dans un combat d’immortels des plus intense. Puis, un bon matin, tous deux avaient disparus, ne laissants derrière eux que désolation et chaos. Certains dires veulent que les Dieux respectifs de chacun des priants les aient prit à leur côté pour l’éternité en réponse à la dévotion fanatique de chacun d’eux. On peut aussi entendre que les deux se seraient entre-tués. D’autres dires veulent qu’ils soient toujours en train de combattre, continuant cet interminable duel à travers des contrées inexplorées au par avant

Extrait d’un recueil inconnu datant, d’après les hauts mages, de l’an 300 environ


L’histoire semble toutefois avoir oublié plusieurs détails avec le temps. Personne ne sait plus lequel des deux chefs a déclaré l’autre en duel. Aussi, les noms de ces deux priants se sont évanouis avec les années. D’après les dires des anciens, le priant de Narzull aurait porté le nom d’Alazim. Quant au haut cardinal de Tempus, les sources sont de moins en moins sûres… il aurait été nommé Archibald, mais aucun être vivant ne puis confirmer cette information.

 


Petite parenthèse Hors-Jeu : J’espère que vous avez appréciez la lecture de l’histoire du Royaume d’Emlok. J’en profite pour vous dire que votre personnage devra réellement appartenir à un des deux clans. Si votre personnage ne prie ni Tempus, ni Narzull, des options s’offrent tout de même à lui. Si votre personnage prit Sylvar (un Dieu en général neutre), il pourra tout de même magouiller avec un des deux clans, ou encore avec les deux. Si vous priez Irda et Falcifia, vous pourrez aussi rejoindre un de ces clans, si votre personnage penche d’avantage pour Irda, il rejoindra les Tempus, s’il penche pour Falcifia, il rejoindra les Narzull. Si votre personnage est neutre envers les deux déesses, il peut rejoindre le clan qu’il désire. Finalement, si votre personnage pris Slanesh (et est donc probablement un Roturier), il pourra simplement vendre de la marchandise à un prix moins coûteux et se tenir avec un des clans sans nécessairement le rejoindre.

Pour plus d’informations sur les Dieux, voir la section Les Dieux et les documents traîtants de ceux-ci